L’assassinat de Cherine Abou Akleh : Une lourde et tragique perte | Nor Info

L’assassinat de Cherine Abou Akleh : Une lourde et tragique perte

mer, 11/05/2022 - 21:19

L’assassinat ce mercredi 11 mai en Palestine occupée de la journaliste icône de El Jazeera Cherine Abu Aghla constitue une lourde et tragique perte pour le monde des médias. C’est dans ce cadre que des organes de presse mauritaniens ont qualifié l'assassinat de la correspondante d'Al-Jazeera Cherine Abu Aghla "de crime de guerre, de nouvelle tentative d’occulter le témoin et de forcer les journalistes à abandonner leur rôle dans la transmission de la vérité". Les dites institutions ont annoncé dans un communiqué, « leur implication dans l'effort médiatique international pour traduire les auteurs devant la justice internationale ». Elles ont exprimé également leurs condoléances les plus sincères « à la famille de la défunte en Palestine, à la famille médiatique, au peuple de Palestine et à tous les partisans de la justice et de la liberté dans le monde." D’un autre côté, le secrétariat général de la Ligue des États arabes a condamné fermement le “crime odieux” d’assassinat de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh dans le camp de Jénine en Cisjordanie occupée. La Ligue arabe a estimé dans un communiqué que ce crime vise à “enterrer” une voix de “droit qui dévoile la vérité, la voix de la liberté et la défense de la justice et des questions humanitaires, à travers l’agression et le ciblage continus de la région de Jénine et l’escalade de la guerre déclarée de l’occupation contre le peuple palestinien”. Le Secrétariat général de la Ligue a tenu responsable le gouvernement d’occupation pour ce “crime odieux qui appelle la responsabilité internationale et la poursuite de ses auteurs devant les instances judiciaires internationales compétentes”, insistant qu’il s’agit d’un “crime de guerre et d’une violation grave du droit international”. La présidence palestinienne a tenu le gouvernement israélien pour responsable de ce “crime odieux”, soulignant que cet incident s’inscrit dans une “politique quotidienne menée par l’occupation contre les Palestiniens, leurs territoire et lieux saints”. De son côté, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wencesland, a condamné le “crime d’exécution de la journaliste Shireen Abu Aqleh, alors qu’elle couvrait la prise d’assaut du camp de réfugiés de Jénine par les forces d’occupation”, et a appelé à une enquête immédiate et approfondie et que les responsables soient tenus responsables. Pour sa part, l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) condamne l’assassinat de la journaliste de la chaine de télévision Qatari Aljazeera, Shireen Abu Akleh survenu dans la matinée de ce mercredi 11 mai 2022. L’Organisation de la coopération islamique a condamné l’assassinat de la correspondante d’Al-Jazeera Shireen Abu Akleh dans les territoires palestiniens. « Cela constitue une violation flagrante des lois et normes internationales et appelle à une enquête immédiate et à la reddition des comptes » souligne le communiqué de l’OCI. L’Organisation de la coopération islamique a souligné que le ciblage par les forces d’occupation israéliennes de la journaliste Abu Akleh alors qu’elle s’acquittait de son devoir d’informer s’inscrivait dans le contexte de ’’la politique israélienne de violations de la liberté de la presse et des médias’’. L’OCI tient Israël responsable de l’assassinat de la journaliste et appelle les institutions internationales compétentes à prendre des mesures immédiates pour garantir la justice et fournir la protection nécessaire aux journalistes et aux professionnels des médias travaillant dans le territoire palestinien occupé conformément au droit international humanitaire et aux conventions internationales en vigueur.